élection


élection

élection [ elɛksjɔ̃ ] n. f.
• 1135; lat. electio « choix », du supin de eligere élire
1Vx Choix. Mod. (Dr.) Élection de domicile. Théol. Choix préférentiel de Dieu. Le peuple d'élection : le peuple élu, les Juifs. — Cour. La patrie d'élection, celle que l'on choisit.
2Choix, désignation d'une ou plusieurs personnes par un vote. Procéder à l'élection du président, du bureau. Élection d'un académicien, du pape ( conclave) . Élection de Miss France ( jury) . Élections prud'homales. Procès-verbal d'élection. Spécialt Élections régionales, cantonales, municipales. Élections sénatoriales, législatives. Élection présidentielle. Élections européennes, qui désignent les membres du Parlement européen. Absolt Les élections, celles qui désignent les députés de l'Assemblée nationale, un chef d'État, etc. Se présenter aux élections. Sièges à pourvoir dans une élection. Mode de scrutin dans une élection. Élection au suffrage universel. Premier, second tour d'une élection ( ballottage) . Résultats des élections (dépouillement du scrutin, recensement des votes, détermination des élus). Valider, invalider une élection.
3Anc. dr. Sous l'Ancien Régime, Circonscription financière administrée par des élus. Pays d'élection (opposé à pays d'État) :régions de France où l'impôt n'était pas confié aux États provinciaux.

élection nom féminin (latin electio, -onis, choix) Choix qu'on exprime par l'intermédiaire d'un vote : L'élection du président de la République au suffrage universel. Circonscription financière de la France de l'Ancien Régime, soumise à la juridiction d'officiers royaux, les élus. ● élection (citations) nom féminin (latin electio, -onis, choix) Ernest Renan Tréguier 1823-Paris 1892 L'élection encourage le charlatanisme. La Réforme intellectuelle et morale de la France, II Lévyélection (expressions) nom féminin (latin electio, -onis, choix) D'élection, qui est l'objet d'une distinction, d'un choix, d'une préférence : Terre d'élection.

élection
n. f.
d1./d Action d'élire une ou plusieurs personnes par un vote. L'élection d'un député. Les élections municipales.
d2./d Vx Action de choisir.
|| THEOL Choix fait par Dieu. L'élection du peuple d'Israël.
|| DR élection de domicile: choix d'un domicile légal.
|| Cour. Terre, patrie d'élection: pays d'adoption.

⇒ÉLECTION, subst. fém.
A.— [Le choix se fait par voie de suffrages]
1. Vx (XVIIIe s.). Juridiction subalterne dont les membres étaient choisis par les justiciables et qui avait pour principale fonction de juger en première instance les différends entre les marchands et les fermiers généraux ou autres traitants au sujet des droits du roi. Il fut assigné à l'élection, condamné par l'élection (Ac. 1798-1878).
Pays d'élection (p. oppos. à pays d'états). ,,Provinces dont toute l'administration était soumise à l'intendant, et où il y avait des généralités et des élections établies`` (Ac. 1798-1878).
P. méton. Territoire relevant de la compétence de cette juridiction. Cette élection était composée de tant de paroisses (Ac. 1798-1878).
2. Usuel
a) [Dans un cont. non-pol.]
) Procédure par laquelle les membres d'un collège, d'une assemblée (dits électeurs) accordent (ou refusent) leurs suffrages à quelqu'un qu'ils chargent de les représenter ou qu'ils appellent à siéger parmi eux ou encore à qui ils décernent un titre. Élection publique, élections universitaires; élection à l'unanimité des suffrages; candidat à une élection; perdre une élection, procéder à l'élection de qqn. Assister à la représentation du mystère et à l'élection du pape des fous (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 13). Il y a trois colonnes pour une guerre (...) une pour une élection à l'Académie (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 185) :
1. Un été, sur une plage de France, il y avait eu une fête enfantine avec élection parmi les petites filles d'une reine de beauté et de ses demoiselles d'honneur. (...) à la fête suivante, je fus élue comme une des demoiselles d'honneur, ...
TRIOLET, Le Premier accroc coûte deux cents francs, 1945, p. 288.
Élection de maréchal. Élection acquise d'avance en raison de la personnalité du candidat. Douze voix pour une première fois, c'est très bien, vous savez... (...) la prochaine fois vous aurez une élection de maréchal (DRUON, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 116).
) Fait d'avoir été élu, d'être sorti vainqueur d'une compétition électorale. M. Casimir Bonjour ne sera jamais si étonné le jour où on lui apprendra son élection à l'Institut (MURGER, Scènes vie boh., 1851, p. 79). À moins que ce ne soit sa récente élection [à l'Académie] qui l'ait rajeuni (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1939, p. 92).
b) Domaine pol.
) Au sing.
Procédure par laquelle des électeurs portent leurs suffrages sur les candidats qu'ils chargent de les représenter dans des assemblées administratives de ressort et de compétence variables. Élection cantonale, directe; élection à la proportionnelle; droit d'élection, régularité d'une/de l'élection; annuler une élection. Pour l'effet à produire sur mes électeurs du Nord, à la prochaine élection (LAMART., Corresp., 1836, p. 242). Le droit de consulter le pays, soit par référendum, soit par élection d'assemblées (DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p. 240) :
2. « L'Assemblée élaborera des projets en vue de permettre l'élection au suffrage universel direct selon une procédure uniforme dans tous les états-membres... »
GINESTET, Ass. parlementaire européenne, 1959, p. 77.
SYNT. Élection municipale, présidentielle, sénatoriale; élection indirecte, complémentaire, partielle; élection au scrutin uninominal, au scrutin de liste; élection des députés, du sénat; jour, lieu d'une/de l'élection, résultat d'une élection, validité d'une/de l'élection; comité, système d'élection; atmosphère, soir d'élection; enlever une élection; contester, invalider/valider, proclamer une élection.
Fait d'être élu pour avoir emporté la majorité des suffrages. Également honoré des suffrages des deux arrondissements, la reconnaissance pour mon élection antérieure me fait un devoir d'opter pour Bergues (LAMART., Corresp., 1834, p. 81). Plusieurs généraux auront occupé la Maison Blanche avant le général Eisenhower, mais tous s'étaient activement mêlés à la vie politique de leur pays pendant les années qui précédèrent leur élection (Combat, 19-20 janv. 1952, p. 1, col. 4).
Rem. La docum. atteste l'emploi du mot, avec majuscule, chez Balzac, comme symbole des luttes et des rivalités politiques où joue l'influence de puissants agents électoraux. L'arrondissement de Sancerre, choqué de se voir soumis à sept ou huit grands propriétaires, les hauts barons de l'Élection, essaya de secouer le joug électoral de la Doctrine, qui en a fait son bourg-pourri (BALZAC, Muse départ., 1844, p. 55).
) Au plur. [Néol. XIXe s.] À l'échelon national, ensemble des procédures par lesquelles les électeurs renouvellent en totalité ou partiellement les conseils et les assemblées. Élections générales, libres; commissaire aux élections, approche des élections, échec aux élections; se porter candidat, se faire battre aux élections. Tout cela finirait par un coup d'État dans un sens ou dans un autre, (...) ou alors, l'inconnu, les élections, la Révolution! (VERLAINE, Œuvres compl., t. 5, Confessions, 1895, p. 32). Cela décida Haudouin à se présenter aux élections municipales (AYMÉ, Jument, 1933, p. 10) :
3. En rentrant à Sérianne, il trouva la ville sens dessus dessous. On était en plein dans les élections. On s'était battu dans des réunions, dans le faubourg, entre socialistes et membres de pro patria.
ARAGON, Les Beaux quartiers, 1936, p. 112.
B.— [Le choix est fondé sur une préférence personnelle]
1. [Avec ou sans déterminant]
a) [Choix à caractère relig.] Choix opéré par Dieu (ou par le Christ dans la religion chrétienne) d'un peuple ou de certains êtres humains investis d'une mission et animés, en conséquence, de la grâce et de l'esprit divins. Élection d'Israël. L'élection d'en haut qui fait les vocations à part est bonne pour l'homme, mais cruelle pour la femme (RENAN, Drames philos., Prêtre Nemi, 1885, II, 7, p. 563). Quel peuple n'eût joui d'être votre peuple; élu, de quelle élection (PÉGUY, Myst. charité, 1910, p. 48).
Signe d'élection. Marque, visible ou invisible, qui est censée manifester le choix que Dieu a fait d'un être humain pour l'aider dans son œuvre. Porter un signe d'élection. La richesse a été tenue comme signe d'élection divine (PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p. 587).
P. anal., souvent p. iron. Elle [la duchesse de Guermantes] en était arrivée à cette conception des femmes à « salons » (...) dont la grande supériorité, le signe d'élection selon elle, étaient d'avoir chez elle « tous les hommes » (PROUST, Temps retr., 1922, p. 1026).
b) [Choix sans caractère relig.] Langue soutenue. Libre choix opéré par un être humain en vertu d'une préférence dictée par la raison ou par le sentiment. Élection amoureuse. Elle-même [Nathalie], depuis si longtemps naturalisée membre de la famille, n'était Nathalie que (...) par élection du cœur, par « amitié de bouche » (H. BAZIN, Qui j'ose aimer, 1956, p. 51) :
4. Outre l'affection irrésistible, il y a l'affection par élection, et je ne puis m'empêcher de penser que nous sommes unis par ces deux chaînes si douces à porter, et qui rendraient la vie impossible si on ne les sentait pas.
BALZAC, Lettres à l'Étrangère, t. 2, 1850, p. 103.
c) Spécialement
DR. Élection de domicile. Fait d'assigner un lieu où la signification des actes de procédure puisse se faire. Lorsqu'un acte contiendra, de la part des parties ou de l'une d'elles, élection de domicile pour l'exécution de ce même acte dans un autre lieu que celui du domicile réel (Code civil, 1804, art. 111, p. 23).
P. ext. Choix d'un domicile opéré par libre préférence. Personnes qui ont fait élection de domicile sur le Pont-des-Arts (JOUY, Hermite, t. 5, 1814, p. 136).
PHYSIOL. Choix qu'opèrent des êtres vivants (humains ou non-humains) en vertu d'une affinité, d'une tendance instinctives. Elle [l'absorption des matières dissoutes] manifeste une sorte de choix, d'élection dont sont capables les végétaux (PLANTEFOL, Bot. et biol. végét., t. 1, 1931, p. 323).
MÉD. Temps, lieu d'élection (p. oppos. à temps, lieu de nécessité). Époque d'une intervention, point où elle s'applique, laissés à la libre détermination du médecin (cf. LITTRÉ-ROBIN 1858).
2. Loc. adj. D'élection. Quasi-synon. de élu (cf. ce mot B).
a) [Choix à caractère relig.] Élu par Dieu pour être le dépositaire de sa grâce et de ses bienfaits. Peuple d'élection. Qu'ainsi toujours le ciel vous sauve des embûches, Vases d'élection! (HUGO, Cromw., 1827, p. 378).
P. ext. [Avec une couleur relig.] Élu, marqué d'un signe qui indique une supériorité quelconque. Me persuadant de ma supériorité intellectuelle (...) je me scandalisais de ce que mes maîtres ne semblaient pas distinguer en moi un vase d'élection (MAURIAC, Écrits intimes, Commencement d'une vie, 1932, p. 34).
b) [Choix sans caractère relig.] Élu, exclusivement préféré. Il est beau de voir Descartes voyageur cherchant sa patrie d'élection (ALAIN, Propos, 1927, p. 730). Henri Focillon est de ceux qui ont le mieux distingué l'importance de ces thèmes d'élection et de prédilection (HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p. 250) :
5. Un musicien a écrit l'Invitation à la valse; quel est celui qui composera l'Invitation au voyage, qu'on puisse offrir à la femme aimée, à la sœur d'élection?
BAUDELAIRE, Petits poèmes en prose, 1867, p. 88.
c) Spéc., vocab. sc.
Lieu d'élection ou point d'élection. Tout lieu auquel un animal, un végétal, un phénomène pathologique est lié par une affinité naturelle. On peut montrer que la nuque est un point d'élection choisi par l'araignée (COUPIN, Animaux de nos pays, 1909, p. 385). Cette éruption (...) peut débuter à la fois par tous les points du corps (...) sans lieu d'élection (Teissier ds Nouv. Traité Méd., fasc. 2, 1928, p. 220).
Médicament d'élection. Médicament ayant la propriété d'être spécifiquement efficace dans un cas donné. La quinine n'en demeure pas moins le médicament d'élection du paludisme (Vincent, Rieux, ds Nouv. Traité Méd., fasc. 5, 1,, 1924, p. 195).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1135 eslection « à son choix » (Couronnement Louis, éd. E. Langlois, 1821); 2. 1155 electium « choix de quelqu'un pour une fonction (par voie de suffrage) » (WACE, Brut, éd. I. Arnold, 5493); 3. 1469 eslection « subdivision administrative sous l'Ancien Régime » (Monstres gener. des nobles, Arch. Eure ds GDF.). Empr. au lat. electio, -onis class. « choix »; 3 issu de l'a. fr. eslection « pouvoir conféré par élection » (B. DE STE-MAURE, Troie, 27678 ds T.-L.). Fréq. abs. littér. :1 942. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 3 473, b) 2 976; XXe s. : a) 2 346, b) 2 288. Bbg. QUEM. 2e s. t. 1 1970.

élection [elɛksjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1135; lat. electio, de electum, supin de eligere « choisir, élire ». → Élire.
———
I
1 Vieilli. Faculté de choisir, choix. || De l'élection de son sépulcre, ode de Ronsard.
1 S'il n'était, disent-ils, en notre élection de faire le bien ou le mal (…)
Calvin, Institution de la religion chrétienne, II, p. 44.
2 Telle est l'humeur du sexe : il aime à contredire (…)
Et n'est jamais d'accord de nos élections.
Corneille, l'Illusion comique, III, 2.
2 Loc. adj. D'élection : choisi, digne d'être choisi pour ses qualités. Choix (de), élite (d'). || Pays, terre d'élection (ne pas confondre avec l'emploi II, 2). || L'Italie fut pour Stendhal la patrie d'élection. || Enfant, sujet d'élection.
Théol. Choix fait par Dieu (→ Devoir, cit. 16). — ☑ Loc. Vase d'élection : créature choisie par Dieu pour l'accomplissement de ses desseins. || Le peuple d'élection : le peuple élu, c'est-à-dire les Juifs.
3 L'élévation de ces deux grands rois (David et Salomon) et de la famille royale fut l'effet d'une élection particulière; David célèbre lui-même la merveille de cette élection par ces paroles : Dieu a choisi les princes dans la tribu de Juda.
Bossuet, Hist., II, 4, in Littré.
3.1 (…) il a parlé d'une façon très surnaturelle de ceux qui refusent l'amour parce qu'ils le craignent et le blasphèment jusqu'au jour où cet amour les foudroie, parce que ce sont des violents et parfois des âmes d'élection (…)
J. Green, Journal, Vers l'invisible, 21 janv. 1959.
Signe d'élection, censé indiquer le choix fait par Dieu d'un être humain qui l'aidera dans son œuvre.
Sc. || Lieu (ou point) d'élection, auquel un phénomène pathologique, un animal, un végétal est attaché par une affinité naturelle.
Méd. || Médicament d'élection, efficace pour une affection précise.
3 Dr. || Élection de domicile : choix d'un domicile légal en vue d'un acte juridique déterminé. Domicile. || Faire élection de domicile.
4 Lorsqu'un acte contiendra, de la part des parties ou de l'une d'elles, élection de domicile pour l'exécution de ce même acte dans un autre lieu que celui du domicile réel, les significations, demandes et poursuites relatives à cet acte, pourront être faites au domicile convenu, et devant le juge de ce domicile.
Code civil, art. 111.
———
II Plus cour.
1 (1155). Choix, désignation d'une ou plusieurs personnes par voie de suffrages. Vote. || Faire une élection. || L'élection de (qqn). || L'élection du président d'une assemblée, d'une société; l'élection d'un bureau. || Élection d'une personne au poste de… || Élection d'un académicien. || Élection du pape ( Conclave). || Élection d'un homme d'État, d'une assemblée.Élection d'une miss. — ☑ Loc. Élection de maréchal, acquise d'avance (en raison de la notoriété, de la personnalité du candidat).
Spécialt. || Élections administratives : élections départementales, qui désignent les membres du Conseil général; élections municipales, qui désignent ceux du Conseil municipal. || Élections politiques : élections sénatoriales, qui désignent les sénateurs; élections législatives, celles qui désignent les députés de l'Assemblée nationale. Législatif (législatives, n. f. pl.). || Élection présidentielle ou élection du président de la République ( Présidentiel [présidentielles, n. f. pl.]) par le parlement en France sous la IVe République, par le Congrès aux États-Unis, au suffrage universel.Élections européennes, ou, ellipt, n. f. pl., les européennes, qui désignent les membres du parlement européen.
Ellipt. || Les élections (le plus souvent élections législatives). || Se porter candidat aux élections ( Candidat, cit. 1). || Se présenter aux élections. || Régime des élections. Représentation (des minorités; majoritaire, proportionnelle). || Candidat, parti qui a triomphé aux dernières élections. || Se faire blackbouler (cit. 1) aux élections.
Ensemble des procédures par lesquelles des électeurs accordent leurs suffrages (souvent au plur.). || Aptitude juridique au vote dans une élection ( Électeur, électorat), à la candidature à une élection ( Éligible, éligibilité). || Cautionnement versé par les candidats à une élection. || Nombre de sièges à pourvoir dans une élection. || Modes d'élection. Cooptation, plébiscite, suffrage (capacitaire, censitaire, universel, direct, indirect). || Élections au suffrage indirect ( Primaire). || Élections au scrutin uninominal, au scrutin de liste… Scrutin; liste, panachage, préférentiel (vote). || Élections à un…, plusieurs tours de scrutin. Ballottage. || Alliance de deux ou plusieurs listes déclarée avant les élections. Apparentement. || En France, à l'échelon national, les élections ont généralement lieu le dimanche. || Fixer la date des élections, du premier tour d'une élection. || Ajourner les élections. || Prendre part à une élection, voter aux élections. Vote; voix. || Résultats des élections : dépouillement du scrutin, recensement des votes, détermination des élus. || Procès-verbal d'élection. || Élections frauduleuses.Élections partielles (cit. 2).
Fait d'avoir été élu. || Ses amis l'ont félicité de son élection. || Propagande pour une élection ( Électoral). || Proclamer une élection. || Valider une élection. || Contester, casser, invalider une élection.
5 (…) les maîtres (…) ordonnent que la force qui est entre leurs mains succèdera comme il leur plaît; les uns la remettent à l'élection des peuples, les autres à la succession de naissance, etc.
Pascal, Pensées, V, 304.
6 A l'égard des élections du prince et des magistrats, qui sont, comme je l'ai dit, des actes complexes, il y a deux voies pour y procéder, savoir, le choix et le sort. L'une et l'autre ont été employées en diverses républiques, et l'on voit encore actuellement un mélange très compliqué des deux dans l'élection du doge de Venise.
Rousseau, Du contrat social, IV, III.
7 L'élection eut lieu; je passai au scrutin à une assez forte majorité.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. III, p. 23.
8 Quelques habitants humiliés (…) se joignirent aux démocrates, quoique ennemis de la démocratie. En France, au scrutin des élections, il se forme des produits politico-chimiques où les lois des affinités sont renversées.
Balzac, le Député d'Arcis, Pl., t. VII, p. 646.
9 Tout citoyen qui aura, dans les élections, acheté ou vendu un suffrage à un prix quelconque, sera puni d'interdiction des droits de citoyen (…)
Code pénal, art. 113.
10 Parvenu à la vie consciente au lendemain de la crise boulangiste, j'ai, durant toute mon enfance, entendu les grandes personnes soupirer après de « bonnes élections ».
F. Mauriac, Bloc-notes 1952-1957, p. 53.
2 (1469). Anc. dr. Avant la Révolution de 1789, Circonscription financière administrée par des élus. || Pays d'élection (par oppos. à pays d'État) : pays qui ne possédaient pas d'États provinciaux et qui étaient directement imposés à la taille et aux aides.Par ext. Juridiction, tribunal des élus.
COMP. Réélection. — V. aussi Élire, et dér.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Election — • In its broadest sense election means a choice among many persons, things, or sides to be taken. In the stricter juridical sense it means the choice of one person among many for a definite charge or function Catholic Encyclopedia. Kevin Knight.… …   Catholic encyclopedia

  • election — elec·tion n 1 a: the act or process of electing b: an instance of the electorate voting for candidates for an elective office c: the fact of being elected 2: the right, power, or privilege of making a choice: as a: the right of a spouse to choose …   Law dictionary

  • élection — ÉLECTION. s. fém. Action d élire. Choix fait par plusieurs personnes, Corps ou Communes, au concours des suffrages. Faire une élection. Approuver, confirmer une élection. L élection de l Empereur se fit un tel jour. Il donna sa voix pour l… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • election — Election. s. f. v. Choix. Faire une bonne election. approuver, confirmer une election. je vous en laisse l election. l election de l Empereur se fit un tel jour. il donna sa voix pour l election de. assister à une election. faire une election. On …   Dictionnaire de l'Académie française

  • election — e‧lec‧tion [ɪˈlekʆn] noun 1. [countable] when people vote to choose someone for a job: • She was nominated to stand for election as a Coca Cola director. • Mr Morrow is also up for election to the board of directors at a rival Chicago bank. 2.… …   Financial and business terms

  • Election — E*lec tion, n. [F. [ e]lection, L. electio, fr. eligere to choose out. See {Elect}, a.] 1. The act of choosing; choice; selection. [1913 Webster] 2. The act of choosing a person to fill an office, or to membership in a society, as by ballot,… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Election 2 — (黑社會以和為貴) est un film hongkongais réalisé par Johnnie To, sorti en 2006. C est la suite d Election, sorti l année précédente. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique 3 Distribution …   Wikipédia en Français

  • election — Election, Electio. Election libre, Soluta optio eligendi. Election premiere, faisant jugement à la deuxiesme, Praerogatiua tribus. L election des Preteurs, Praetoriana comitia …   Thresor de la langue françoyse

  • election — [ē lek′shən, ilek′shən] n. [ME eleccioun < OFr election < L electio, a choice, in LL(Ec), the election of believers: see ELECT] 1. a choosing or choice 2. a) a choosing or being chosen for office by vote b) a voting, as in a municipality,… …   English World dictionary

  • election — (n.) late 13c., from Anglo Fr. eleccioun, O.Fr. elecion choice, election, selection (12c.), from L. electionem (nom. electio), noun of action from pp. stem of eligere pick out, select, from ex out (see EX (Cf. ex )) + ligere, comb. form of legere …   Etymology dictionary